Avertir le modérateur

05/03/2009

Monsanto en Afrique

Le Monde diplomatique publie dans son numéro de février un article passionnant et inquiétant sur le travail à l’oeuvre de la multinationale Monsanto en Afrique. C’est le Burkina Faso, y apprend-on, qui a été soigneusement sélectionné par la firme pour tenter de pénétrer l’ensemble de l’ouest africain et y imposer notamment son coton bt génétiquement modifié.

 


gmdecade1048.jpgAprès être revenu sur l’historique de cette implantation très discrète mais très préparée ainsi que sur le contexte politique qui disposait ce pays à accueillir ce géant de l’agro-alimentaire (notamment dans son rapport de dépendance aux USA), l’article insiste sur la résistance, malheureusement dérisoire, des paysans, en passe d’être spoliés de leur mode de culture ancestral, et sur la déstabilisation de toute une économie locale. Ce nouvel esclavage économique que Monsanto a déjà réussi à imposer ailleurs dans le monde (en Inde par exemple, avec des ravages inévitables) contraint non seulement le paysan africain, par un monopole massif, à acheter ce type de semences mais également à payer à l’hectare les droits de propriété intellectuelle (DPI) ; or lorsqu’on sait que le climat particulièrement sec du Burkina peut nécessiter deux voire trois ensemencements par an, on mesure mieux l’impasse dans laquelle risquent vite de se retrouver les agriculteurs burkinabé s’ils doivent s’acquitter de tous ces frais. Par ailleurs les gains de productivité que Monsanto leur fait miroiter sont semble-t-il surestimés, autant qu’est exagérée la résistance de ce fameux coton bt à son ravageur principal, la chenille, sans compter que la plante serait vulnérable à d’autres nuisibles auxquels elle est évidemmment incapable de résister. Face à toutes ces données, on comprend que l’argument de la réduction de l’usage des pesticides devient spécieux ; Monsanto a d’ailleurs conseillé aux paysans de garder des stocks de ces pesticides, on ne sait jamais ! Une alternative existe pourtant, précise l’article, c’est le coton bio, dont la culture est freinée par des problèmes matériels (le transport des engrais naturels) mais surtout par les décisions politiques du Burkina Faso.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu