Avertir le modérateur

05/03/2009

Monsanto en Afrique

Le Monde diplomatique publie dans son numéro de février un article passionnant et inquiétant sur le travail à l’oeuvre de la multinationale Monsanto en Afrique. C’est le Burkina Faso, y apprend-on, qui a été soigneusement sélectionné par la firme pour tenter de pénétrer l’ensemble de l’ouest africain et y imposer notamment son coton bt génétiquement modifié.

 

Lire la suite

29/11/2008

Protégeons notre avenir, non aux OGM

eiffel.jpgLa nuit dernière, Greenpeace a projeté devant la Tour Eiffel un message géant: «Protégez notre avenir, non aux OGM». Greenpeace espère que les autorités françaises et européennes s’activeront lors de la prochaine réunion du conseil européen de l’Environnement pour améliorer les procédures d’évaluation des OGM au niveau européen, et ce, avant la fin de la Présidence française. Il ne reste que quelques jours jusqu’au vote du conseil européen de l’Environnement qui sera déterminant pour la politique des OGM en Europe ! Faites entendre votre voix en signant la pétition en ligne.

«La mauvaise volonté de la Commission européenne, la timidité des gouvernements et leurs désaccords empêchent pour l’instant toute avancée significative pour éviter que des OGM mal testés soient mis sur le marché ou cultivés en Europe. Il ne reste plus qu’une réunion des représentants permanents à Bruxelles vendredi 28 novembre pour améliorer le projet soumis au Conseil des Ministres du 4 décembre», alerte Greenpeace dans son communiqué. Greenpeace rappelle que la Présidence française avait pourtant fait de l’amélioration des procédures d’évaluation et de la réforme de l’autorité européenne de sécurité des aliments des éléments majeurs de sa politique européenne. «Après plus de six mois de négociations, les discussions n’apportent rien de nouveau quant à l’amélioration des procédures. La Présidence française doit faire preuve de fermeté avant le prochain conseil des ministres de l’environnement afin de ne pas se ridiculiser avec un texte sans signification, qui représenterait un échec politique majeur», juge Arnaud Apoteker, de Greenpeace France.

>> Lire l'intégralité du communiqué de Greenpeace

Comment agir pour une Europe sans OGM ?

europe-sans-ogm.pngDepuis le site Greenpeace, faites entendre votre voix en envoyant des messages directement aux gouvernements européens.

Allez sur le blog de Greenpeace pour utiliser les modèles de courriels prêts à envoyer

Pourquoi ? Parce que les prochains jours sont cruciaux pour protéger l’Europe des OGM: les gouvernements européens discutent de l’avenir des OGM et de toute notre alimentation. Le 4 décembre prochain, les ministres de l’Environnement de l’Union Européenne vont prendre une décision fondamentale : Faciliter l’autorisation des OGM dans l’UE ou réviser sérieusement le système d’évaluation et d’autorisation pour protéger l’Europe des OGM. Le 11 novembre 2008 le gouvernement autrichien a publié une étude scientifique qui révèle que les OGM menacent la survie des espèces. La fécondité des souris de laboratoire nourries avec du maïs OGM, qui contient entre autres les gènes du maïs transgénique MON810 de Monsanto, diminue fortement. Dès la troisième génération, les descendants des souris nourries avec du maïs transgénique sont inférieurs en nombre et en taille. Cette nouvelle étude scientifique identifie des risques potentiels considérables, qui restent à évaluer pour la santé et la survie de l’humanité. Au nom du principe de précaution, il faut d’urgence protéger les consommateurs des produits OGM.

En savoir plus sur les actions conduites par Greenpeace contre les semences OGM

2008-08-guide-OGM.jpgGreenpeace s'oppose à la culture d'OGM en plein champ car elle conduit inévitablement à la dissémination des OGM dans l'environnement et à leur introduction dans la chaîne alimentaire. Toutefois, Greenpeace ne s'oppose pas à la recherche en milieu confiné, ni à la fabrication de médicaments ou d'autres substances, à l'aide de micro-organismes génétiquement modifiés, tant que leurs conditions de confinement sont efficaces

28/11/2008

Le thon rouge de Méditerranée menacé par la surpêche

A la fin de la conférence de Marrakech, la Commission internationale pour la conservation des thonidés (CICTA) a réduit les quotas de pêche au thon rouge 22 000 tonnes pour l’année 2009. Les défenseurs de l’environnement dénoncent le risque d'extinction de l'espèce; et les pêcheurs dénoncent l’absence de mesures efficaces pour les faire respecter les quota.

Le succès du sashimi, une tragédie pour le thon rouge

Le thon rouge est utilisé cru dans les recettes de sushimi Le quota total de pêche pour ce poisson très prisé, en particulier par le Japon qui achète 80 % de la pêche, va être réduit de 28.500 tonnes cette année à 22.000 tonnes l'an prochain, puis à 19.950 tonnes en 2010, aux termes de l'accord conclu lundi au Maroc. Car le thon rouge qui se vend très cher au Japon, aiguise les appétits. Les pêcheurs français ont touché de 5,50 à 6,50 euros le kilo en 2007 contre 2 euros pour le merlan. Rapellons le danger d’extinction de l’espèce réside dans les pêches illégales. On évalue en effet à près de 60 000 tonnes les quantités de thons rouges capturés en 2007, alors que la pêche devait être limitée à quelque 29 500 tonnes. Les dépassements de quota font hurler l'UE et les défenseurs de l'environnement, alors que les scientifiques mettent en garde contre un effondrement des stocks. Ce poisson prisé pour les sushis est-il menacé ? Oui, affirme Jean-Marc Fromentin, un des spécialistes mondiaux du dossier à l'Institut français de recherche sur la mer (IFREMER). "Les niveaux d'exploitation ne sont pas durables. Si on continue comme ça, les analyses scientifiques indiquent clairement qu'il y a un risque important d'effondrement du stock de thon rouge et des pêcheries.

Il n'y aura pas de disparition totale des thons rouges en Méditerranée mais ils ne seront pas en nombre suffisant pour soutenir des activités de pêche. Le thon rouge est victime de son succès. L'engouement pour les sushis-sashimis commence dans les années 1960-1970 au Japon et s'est étendu progressivement en Europe puis en Chine. La valeur marchande de l'espèce a fortement augmenté et le thon rouge est devenu très attractif. Des flottilles se sont modernisées, en France, en Italie, en Espagne; des flottes importantes se sont créées en Turquie, Tunisie, Maroc et, dans les années 1990, des fermes d'engraissement de thons sont apparues. Cela a généré une surcapacité. La flotte de Méditerranée et d'Atlantique peut capturer en moyenne 50.000 tonnes par an, soit deux à trois fois ce que peut supporter cette espèce."

Le WWF a demandé en janvier aux grandes surfaces de boycotter ce poisson.

"Et ta mer, t'y penses ?" (Greenpeace)L'accord international fixant de nouveaux quotas de capture pour le thon rouge dans l'Atlantique et en Méditerranée n'est pas suffisant pour écarter la menace d'extinction de l'espèce, a estimé mercredi l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). "Les quotas de pêche décidés par l'ICCAT sont totalement à courte vue. Ils sont à 50% au dessus du niveau recommandé", a déclaré M. Francois Simard, conseiller de l'UICN pour la pêche. Le volume autorisé pourrait diminuer encore à 18.500 tonnes en 2011, sous réserve d'un réexamen de la situation en 2010, selon l'accord de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (ICCAT). L'ICCAT réunit l'UE, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, plusieurs pays du pourtour méditerranéen comme le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte, et la Syrie, mais aussi le Mexique, la Norvège, l'Islande ou encore le Brésil. Désabusé, Stéphan Beaucher, le consultant Océans de Greenpeace France, écrit "On voit mal en effet ce qui pourrait, dans les 35 pages de la résolution finale, sauver le thon rouge de l’effondrement. Il finira sans doute ses jours à la CITES (la commission qui s’occupe des espèces en danger), les bateaux finiront alors à la casse et les pêcheurs où ils pourront… Qu’ils ne comptent pas alors sur ceux qui les auront précipités dans le chaos pour les aider à relever la tête !"

_________________________________
Thons rouges (Thunnus thynnus) dans une cage de transport. Capturés au large de la Lybie, ces thons sont remorqués dans de gigantesques cages vers la Sicile pour y être engraissés et ensuite vendus sur le marché japonais.
Thons rouges (Thunnus thynnus) dans une cage de transport. Capturés au large de la Lybie, ces thons sont remorqués dans de gigantesques cages vers la Sicile pour y être engraissés et ensuite vendus sur le marché japonais.
Il se déplace à la vitesse de l'éclair, peut atteindre 2 mètres de long et peser jusqu'à 700 kilos. Le thon, dont certains spécimens ont le sang chaud, est un poisson gigantesque. Il a la capacité de réguler la température de son corps, ce qui lui permet de migrer à travers les océans, de nager des milliers de kilomètres chaque année et de survivre dans des conditions extrêmes.
_________________________________

En avoir plus :

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu