Avertir le modérateur

29/11/2008

Protégeons notre avenir, non aux OGM

eiffel.jpgLa nuit dernière, Greenpeace a projeté devant la Tour Eiffel un message géant: «Protégez notre avenir, non aux OGM». Greenpeace espère que les autorités françaises et européennes s’activeront lors de la prochaine réunion du conseil européen de l’Environnement pour améliorer les procédures d’évaluation des OGM au niveau européen, et ce, avant la fin de la Présidence française. Il ne reste que quelques jours jusqu’au vote du conseil européen de l’Environnement qui sera déterminant pour la politique des OGM en Europe ! Faites entendre votre voix en signant la pétition en ligne.

«La mauvaise volonté de la Commission européenne, la timidité des gouvernements et leurs désaccords empêchent pour l’instant toute avancée significative pour éviter que des OGM mal testés soient mis sur le marché ou cultivés en Europe. Il ne reste plus qu’une réunion des représentants permanents à Bruxelles vendredi 28 novembre pour améliorer le projet soumis au Conseil des Ministres du 4 décembre», alerte Greenpeace dans son communiqué. Greenpeace rappelle que la Présidence française avait pourtant fait de l’amélioration des procédures d’évaluation et de la réforme de l’autorité européenne de sécurité des aliments des éléments majeurs de sa politique européenne. «Après plus de six mois de négociations, les discussions n’apportent rien de nouveau quant à l’amélioration des procédures. La Présidence française doit faire preuve de fermeté avant le prochain conseil des ministres de l’environnement afin de ne pas se ridiculiser avec un texte sans signification, qui représenterait un échec politique majeur», juge Arnaud Apoteker, de Greenpeace France.

>> Lire l'intégralité du communiqué de Greenpeace

Comment agir pour une Europe sans OGM ?

europe-sans-ogm.pngDepuis le site Greenpeace, faites entendre votre voix en envoyant des messages directement aux gouvernements européens.

Allez sur le blog de Greenpeace pour utiliser les modèles de courriels prêts à envoyer

Pourquoi ? Parce que les prochains jours sont cruciaux pour protéger l’Europe des OGM: les gouvernements européens discutent de l’avenir des OGM et de toute notre alimentation. Le 4 décembre prochain, les ministres de l’Environnement de l’Union Européenne vont prendre une décision fondamentale : Faciliter l’autorisation des OGM dans l’UE ou réviser sérieusement le système d’évaluation et d’autorisation pour protéger l’Europe des OGM. Le 11 novembre 2008 le gouvernement autrichien a publié une étude scientifique qui révèle que les OGM menacent la survie des espèces. La fécondité des souris de laboratoire nourries avec du maïs OGM, qui contient entre autres les gènes du maïs transgénique MON810 de Monsanto, diminue fortement. Dès la troisième génération, les descendants des souris nourries avec du maïs transgénique sont inférieurs en nombre et en taille. Cette nouvelle étude scientifique identifie des risques potentiels considérables, qui restent à évaluer pour la santé et la survie de l’humanité. Au nom du principe de précaution, il faut d’urgence protéger les consommateurs des produits OGM.

En savoir plus sur les actions conduites par Greenpeace contre les semences OGM

2008-08-guide-OGM.jpgGreenpeace s'oppose à la culture d'OGM en plein champ car elle conduit inévitablement à la dissémination des OGM dans l'environnement et à leur introduction dans la chaîne alimentaire. Toutefois, Greenpeace ne s'oppose pas à la recherche en milieu confiné, ni à la fabrication de médicaments ou d'autres substances, à l'aide de micro-organismes génétiquement modifiés, tant que leurs conditions de confinement sont efficaces

19/10/2008

"L'eau est polluée, buvez du vin" . Tout faux !

Quarante flacons de vin rouge en provenance de France, d'Autriche, d'Allemagne, d'Italie, du Portugal, d'Afrique du Sud, d'Australie et du Chili, ont été analysés par le réseau ONG Pesticide Action Network Europe et l'association MDRGF

Tous, y compris des AOC français, contenaient des pesticides, avec en moyenne plus de 4 substances différentes par bouteille, et parfois jusqu'à dix ! Toutes, sauf les 6 issues de l'agriculture "biologique". Une seule d'entre elles, du vin de Bourgogne, recelait de faibles traces d'un seul produit. Une contamination a priori due aux pulvérisations effectuées sur les parcelles voisines "conventionnelles". "L’étude réalisée par PAN et le MDRGF montre que l’utilisation très intensive de pesticides en viticulture - 20% des pesticides utilisés sur 3% de la surface agricole - a comme conséquence la présence systématique de nombreux résidus dans les vins. Il est grand temps, conformément aux décisions du Grenelle, que la viticulture réduise sa consommation de pesticides pour réduire l’exposition des consommateurs en privilégiant les techniques alternatives aux pesticides" déclare F. Veillerette, Président du MDRGF. A mettre en relation avec l'augmentation rapide des maladies frappant les viticulteurs et leurs proches

?

Parmi les vins français analysés contenant des pesticides, on trouve un Bourgogne Santenay Premier cru (9 substances différentes), un Bordeaux Pomerol, Bourgogne Auxey Duresses, un Bordeaux Pessac-Léognan cru classé, Bourgogne Mercurey Premier cru, un Pessac-Léognan cru classé, un Bordeaux Lalande de Pomerol, un Bordeaux Pessac-Léognan, Bordeaux Saint-Estèphe cru classé et un Bordeaux Pomerol. Il n'existe pas de limite maximale autorisée pour les pesticides dans le vin. À défaut, on se réfère à celles relatives au seul raisin qui sont - selon l'ONG - très élevées, compte tenu du nombre de traitements subis par la vigne. C'est pourquoi, si l'on compare aux concentrations maximales admises dans l'eau du robinet, on retrouve dans certaines bouteilles des teneurs 5 800 fois supérieures. Faudra t-il revenir à l'eau ferrugineuse chère à Bourvil ? Ou n'achetez et boire que des vins bios, et encore des vrais pas simplement des vins "issus de raisins cultivés en agriculture biologique". Nous y reviendrons...

Plus d'informations

Vous voulez savoir comment faire autrement ?

Quarante flacons de vin rouge en provenance de France, d'Autriche, d'Allemagne, d'Italie, du Portugal, d'Afrique du Sud, d'Australie et du Chili, ont été analysés par le réseau ONG Pesticide Action Network Europe et l'association MDRGF. Des teneurs en pesticides jusqu'à 5 800 fois plus élevées que dans l'eau potable !

Tous, y compris des AOC français, contenaient des pesticides, avec en moyenne plus de 4 substances différentes par bouteille, et parfois jusqu'à dix ! Toutes, sauf les 6 issues de l'agriculture "biologique". Une seule d'entre elles, du vin de Bourgogne, recelait de faibles traces d'un seul produit. Une contamination a priori due aux pulvérisations effectuées sur les parcelles voisines "conventionnelles".  "L’étude réalisée par PAN et le MDRGF montre que l’utilisation très intensive de pesticides en viticulture - 20% des pesticides utilisés sur 3% de la surface agricole - a comme conséquence la présence systématique de nombreux résidus dans les vins. Il est grand temps, conformément aux décisions du Grenelle, que la viticulture réduise sa consommation de pesticides pour réduire l’exposition des consommateurs en privilégiant les techniques alternatives aux pesticides" déclare F. Veillerette, Président du MDRGF. A mettre en relation avec l'augmentation rapide des maladies frappant les viticulteurs et leurs proches?

Parmi les vins français analysés contenant des pesticides, on trouve un Bourgogne Santenay Premier cru (9 substances différentes), un Bordeaux Pomerol, Bourgogne Auxey Duresses, un Bordeaux Pessac-Léognan cru classé, Bourgogne Mercurey Premier cru, un Pessac-Léognan cru classé, un Bordeaux Lalande de Pomerol, un Bordeaux Pessac-Léognan, Bordeaux Saint-Estèphe cru classé et un Bordeaux Pomerol. Il n'existe pas de limite maximale autorisée pour les pesticides dans le vin. À défaut, on se réfère à celles relatives au seul raisin qui sont - selon l'ONG - très élevées, compte tenu du nombre de traitements subis par la vigne. C'est pourquoi, si l'on compare aux concentrations maximales admises dans l'eau du robinet, on retrouve dans certaines bouteilles des teneurs 5 800 fois supérieures. Faudra t-il revenir à l'eau ferrugineuse chère à Bourvil ? Ou n'achetez et boire que des vins bios, et encore des vrais pas simplment des vins "issus de raisins cultivés en agriculture biologique". Nous y reviendrons...

Plus d'informations

Vous voulez savoir comment faire autrement ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu